FR | EN | RU

Decouvrez

Angkor est l'ancienne capitale de l' Empire khmer qui prospéra du IX e au XVe siècle. Ses ruines sont situées dans les forêts au nord du Tonlé Sap, proches de l'actuelle Siem Reap au Cambodge et sont classées au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Source d'inspiration et de fierté nationale pour les Cambodgiens, qui reconstruisent péniblement leur vie après les années de terreur et de traumatisme, les temples d'Angkor sont la véritable âme du royaume.

Tous les Khmers y viennent en pèlerinage et les visiteurs étrangers se pressent pour admirer leur somptueuse beauté.

Les temples d'Angkor furent édifiés entre le IX et le XIVe siècle, à une époque où la créativité des Khmers atteignait son apogée. D'une beauté inégalée dans le reste de l'Asie du Sud-Est, même si le site de Bagan au Myanmar (Birmanie) constitue un solide concurrent, Angkor figure parmi les figures architecturales de la terre.

Forts de leur position à Angkor, les souverains du toutpuissant Empire khmer régnèrent sur un vaste territoire qui s'étendait du nord au sud, de la province chinoise du Yunnan à l'extrémité sud de l'actuel Vietnam, et, d'ouest en est, du Vietnam au golfe du Bengale. La centaine de temples que compte le site d'Angkor constituaient en fait la clé de voûte sacrée d'un extraordinaire centre administratif et religieux.

Maisons particulières, édifices publics et palais étaient en bois, ce qui explique qu'ils aient disparu depuis longtemps car la brique et la pierre étaient réservées aux divinités.

Angkor Wat, le temple le plus fameux, le plus majestueux du site d'Angkor, dont les tours sont l'emblème du Cambodge. Angkor Wat est un temple hindouiste dédié au dieu Vishnu, dont la construction fut commencée au début du XII è siècle (juste avant celle de Notre dame de Paris) pendant le règne du roi Suryavarman II.

La construction d' Angkor Vat dura 37 ans. Son nom signifie en Khmer " la ville pagode". La tour principale du temple central représente le mont "Meru" (ou Kailash), le centre de l'univers pour les Hindouistes (mais aussi les bouddhistes). Le temple est censé être invulnérable et pendant la guerre qui débuta en 1970, les habitants de Sieam Reap s'étaient réfugiés dans le temple.